AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 J'me lance...

Aller en bas 
AuteurMessage
Erwann Bleu
Administrateur
avatar

Féminin Nombre de messages : 310
Age : 48
Localisation : Besançon
Date d'inscription : 11/03/2006

MessageSujet: J'me lance...   Dim 3 Sep - 20:58

Ca serait quoi, une histoire, sans les personnes qui la traversent ?

Ca fait plusieurs fois que j'essaye d'écrire un truc sur les Sisters Of Mercy, pour mon blog, mais à chaque fois je me perds dans tout ce que je veux dire. Alors je me dis qu'un jour je ferai un truc sérieux avec de la doc et tout - pas pour faire une histoire mais pour poser tout ce que ça m'inspire comme musique (et comme voix ^^).

Pour le moment, j'vais essayer, pour dégrossir, comme si je le présentais à quelqu'un (années CD FALAA et 1980 pour moi ^^) - c'est une forme qui vaut autant qu'une autre après tout, nan ?

Les Sisters Of Mercy... Comment dire ? En fait, au début, tu as souvent une boucle qui est lancée par la boîte à rythme. Ca te structure l'hypnotique, et elle se répète inlassablement durant le morceau. Souvent ensuite, tu as les basses qui viennent se greffer dessus, mais c'est comme si rien ne venait se surajouter... Elles aussi, elles répètent, c'est comme si elles tourbillonnaient autour du lieu créé par la boîte à rythme.
C'est comme si, là, tout était absurde, un monde qui se répète sans cesse, avec des coloris différents. Mais il y a quelque chose d'étrange, parce que rien ne semble désespéré : les basses, la boîte à rythme, tout ça c'est chaud et enveloppant - ça pulse, sans que ça soit agressif. Juste, ça te prend et ça t'entraîne, mais tu redescends encore à chaque recommencement de boucle et d'entrelacement de basses. Il manque quelque chose, parce que tout ça, ça ne peut pas être vrai : c'est l'attente, cette musique, c'est la tension de l'attente. Et cette attente, elle ne partira jamais, mais c'est comme si elle changeait de forme lorsque la voix survient à son tour.
Pourtant, c'est vraiment pas une addition. Pas du tout mathématique, les frontières se fondent, au point que chaque élément devient indissociable des autres. C'est très curieux, même le silence, entre chaque chanson, ou juste avant d'enfoncer le CD, il change de texture, il devient opaque, brut, et le premier son va venir marquer une trace dedans : un peu comme si tu essayais d'imprimer des traces dans une matière qui les effaceraient immédiatement en se refermant sur elle-même. C'est pour ça que la musique continue en se répétant : pour continuer à marquer ce silence qui absorbe les sons en se refermant. Et la voix...
Avec la voix, c'est difficile ce qu'il se passe... Ca me fait penser à Schopenhauer : le type qui ne cesse de démontrer que la vie est vaine, absurde, que tout n'est au fond que souffrance indépassable et invincible, puis qui, à la fin, termine sur une note curieuse, presque contradictoire : la science permettrait pourtant de réduire cette souffrance invincible, sans que ce soit vain. Ce n'est pas de l'espoir, pas du désespoir. Les Sisters Of Mercy, ça me fait penser à cette sorte de tension. La voix c'est un peu comme la science chez Schopenhauer, et les basses, la boîte à rythme, c'est la vanité de la vie qui fait souffrir.
Une tension, un oxymore, l'ensemble je sais pas dire. Il y a aussi la voix qui semble lutter, se heurter à quelque chose. C'est cela qui la brise parfois, ou lui permet de vite rentrer dans cet espace qui s'est ouvert.


Bon allez, je m'arrête là Embarassed - et j'ai une question : elle lutte contre quoi, la voix d'Andrew ? Sinon, plus général, ça vous fait quoi, lorsque vous écoutez du Sisters, vous ?

_________________
We forgive as we forget... As the day is long... As the day is long... Rain from Heaven...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erwannbleu.canalblog.com
Erwann Bleu
Administrateur
avatar

Féminin Nombre de messages : 310
Age : 48
Localisation : Besançon
Date d'inscription : 11/03/2006

MessageSujet: Re: J'me lance...   Ven 22 Sep - 23:03

Bon, je vais me piquer un p'tit délire, en guise de débroussaillage - et il est possible que je ne dise que des conneries.

On m'a fait découvrir les Sisters via FALAA, depuis j'ai pas mal complété ma collection et je n'écoute quasiment que ça à longueur de journée.

(oui, on s'en fout)

Alors voilà. Je relis La naissance de la tragédie (Nietzsche) et j'avais déjà eu l'impression que la musique des Sisters se rapprochait beaucoup de la philosophie de Schopenhauer (inspirateur de Nietzsche - entre autres) : une musique qui dégage un sentiment d'absurdité, parce que répétitif (les basses, la boîte à rythmes, fonctionnent toujours sur le même schème au long de la chanson). Pourtant, lorsque j'écoute Sisters, je ne me trouve pas plongé dans un état de désespoir - la musique me fait ressentir quelque chose que je n'arrive pas encore à qualifier (mais qui ne se classe ni dans l'espoir ni dans le désespoir).

Cet état ressemble à celui dans lequel j'étais lorsque j'ai eu fini de lire une anthologie de Schopenhauer, parce que sa philosophie (qui est une esthétique) se termine sur une note presque contradictoire, un oxymore : il est inutile et vain de vivre la vie parce que celle-ci n'est que répétition d'une souffrance infinie et indépassable ; pourtant, Schopenhauer nie que le suicide soit un acte échappatoire à cette existence (il affirme le contraire d'ailleurs) et dit voir dans la science une chose pouvant soulager la souffrance - même si c'est impossible.
Sa philosophie se termine sur cette note étrange, comme un point d'interrogation, un problème non résolu.

Bref (vous m'excuserez, je cause aussi pour moi).

Dans La naissance de la tragédie, Nietzsche fait appel à deux forces esthétiques : le dionysiaque et l'apollinien. L'apollinien, c'est le principe d'individuation (ce qui fait qu'un individu est particulier, bien qu'appartenant à un type : le type humain - je pense qu'il faut comprendre l'apollinien comme une singularité qui coupe, isole de l'autre). Le dionysiaque, c'est la force qui casse l'individuation et réunit les "individus" dans un fond commun (l'ivresse de Dionysos - l'Être). La composante de ces deux forces antagonistes trouve son expression parfaite dans la tragédie Grecque (selon Nietzsche).

En gros, c'est ça, je reviendrai sur le dionysiaque après.

Je pense que tout le monde sera d'accord pour dire, qu'au moins dans la période FALAA (avec toutes les démos proche de l'album : Body And Soul, Alice, Temple Of Love, Heartland, On The Wire, etc.), la voix d'Andrew se brise contre quelque chose. Elle est en lutte contre quelque chose (on le sent très bien sur la fin de Some Kind Of Stranger) : ses fameux trémolos, mais qui ne se terminent jamais en pleurs.
Ce contre quoi elle lutte, ce sont les basses, les guitares et la boîte à rythme (bien que l'ensemble, avec la voix, traduise quelque chose, pour moi, d'inséparable et d'insécable - on dirait que tout ça n'a jamais été qu'un, quand la voix se rajoute sur les mélodies, c'est absolument sans accro, c'est enchâssé). Avec leurs mélodies hypnotiques, répétitives, c'est le dionysiaque qui est exprimé. L'apollinien, c'est la voix d'Andrew (superbe) et les textes.

J'explique (ou plutôt Nietzsche explique) :
- Le dionysiaque : c'est le fond de l'Être, la réalité la plus forte qui est absurdité et répétition, qui ne fait que s'engendrer et se détruire elle-même par une Volonté infinie. C'est ce qui fait que l'on éprouve, à un moment ou un autre, la vacuité de tous les Idéaux, de la Vérité et que l'on prend l'absurdité et la vanité de l'existence en pleine face. Derrière ces grands termes, c'est une expérience banale et simple : "à quoi bon ?", "ça sert à rien"... C'est aussi ce qui créé, indéfiniment, les phénomènes (les choses, les individus) : le feu héraclitéen, la prodigalité aveugle et répétitive de la nature, la démesure dans l'ivresse.
- L'apollinien : c'est ce qui s'efforce de mesurer l'individu, pour ne pas qu'il perde sa singularité et qu'il puisse vivre protégé de la terrible vérité dionysiaque (un monde sans sens). Il incarne la maîtrise, l'action aux côtés des phénomènes et en tant que phénomène : quelque chose comme la confiance dans les capacités que l'on possède (science, raison, sentiments) - le "regard solaire" dit Nietzsche - et de l'ordre du Beau. Pour ce que ça vaut, l'apollinien me fait penser à la statue grecque parfaitement proportionnée, un corps finement musclé, etc.

Dionysiaque et Apollinien étant, bien évidemment, comme le yin et le yang : inséparables, chacun se reconnaissant dans l'autre. Leur réunion, exprimée, provoquant le sentiment tragique.

La voix, et les textes d'Andrew, incarnent l'apollinien confronté aux guitares, basses et au doktor dionysiaques. Ainsi, au fur et à mesure que la chanson avance, les éléments hypnotiques et répétitifs ne faiblissent pas, ils sont constants, tandis que la voix d'Andrew se fissure, se brise, est marquée par cette absurdité qui vient détruire son histoire, ses idéaux, lui faire ressentir pleinement sa vanité. Toute la tension provient du fait que la voix d'Andrew reste puissante, elle ne laisse jamais l'instrumental vaincre mais est toujours en lutte, crispée dans son effort de ne pas abandonner. En clair : elle se teinte de dionysiaque (sa voix grave y est prédisposée sans doute) tandis que le dionysiaque finit par se teinter d'apollinien (peut-être les petits filets de guitare entremêlés aux basses et à la boîte à rythme).

First And Last And Always : cette lutte n'a pas de fin. Elle est en équilibre (On the wire, I will not fall). Ainsi, la musique des Sisters serait tragique, en ce qu'elle exprime la jouissance prise à la destruction des phénomènes et la nécessité de la reformation de ces phénomènes comme esthétique permettant de prendre joie de leur continuité. Andrew est le héros tragique aux prises avec la fatalité qui le brise.

Bon, je m'arrêtes là, parce que je suis fatigué. Il y aurait encore des trucs à citer dans les textes et plein de choses à dire. Et puis, je dis peut-être n'importe quoi, je n'ai pas lu grand'chose sur les Sisters.

Tear apart what you believe,
Make a mess of your conviction,
Take away my pride and leave,
Nothing, but the debris

_________________
We forgive as we forget... As the day is long... As the day is long... Rain from Heaven...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erwannbleu.canalblog.com
Dji Heffe

avatar

Masculin Nombre de messages : 245
Age : 50
Localisation : LOT
Date d'inscription : 03/05/2006

MessageSujet: Re: J'me lance...   Ven 22 Sep - 23:14



Oh pu... faire rimer Eldritch et Nietzsche.....

Durant mes déplacements de la semaine, j'ai réécouté plus de 5 heures des Sisters en me triturant les méninges sur cette question et franchement ..... Je trouve que c'est une chouette question... Mais c'est pas évident de répondre... study
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: J'me lance...   

Revenir en haut Aller en bas
 
J'me lance...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum The Sisters Of Mercy :: Sisters Of Mercy :: Actualités et histoire-
Sauter vers: