AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Quelques histoires sur le groupe

Aller en bas 
AuteurMessage
Erwann Bleu
Administrateur
avatar

Féminin Nombre de messages : 310
Age : 47
Localisation : Besançon
Date d'inscription : 11/03/2006

MessageSujet: Quelques histoires sur le groupe   Lun 3 Avr - 14:58

J'ai récupéré cet article sur : http://www.new-wave-xg.com/

Normalement, il faut s'inscrire (gratuitement) pour y avoir accès et je voulais donner le lien sur le site mais il semble que l'article ait été enlevé (rien ne sort avec google excepté ma ressource). Et comme je n'ai pas le nom de l'auteur je ne sais pas de qui c'est Neutral

Citation :
1977, indifférent à l’agitation de l’explosion punk, l’adolescent tourmenté Andrew Taylor cultive dans sa banlieue londonienne une passion brûlante pour la littérature avec un goût prononcé pour les mouvements romantiques Allemand et Français.

Il dévore, entres autres, les immenses auteurs que sont Baudelaire, Maïakovski, Nietzsche. Son esprit insatiable est attiré par l’étude des langues étrangères. Rapidement le français et l’allemand ne lui suffisent plus, il part étudier les langues orientales (le chinois mandarin) à Leeds. Dans cette cité sombre du nord de l’Angleterre, il trouve un logement au dessus d’une pharmacie. C’est dans cet endroit pourtant fort peu spacieux qu’un de ses amis lui demande la permission d’y entreposer un instrument de musique : une batterie acoustique. Immédiatement l’objet l’intrigue, le fascine, il commence à le toucher, très vite il se demande comment en tirer des sons, il frappe, il tape dessus et fini par ne savoir qu’utiliser la grosse caisse. En écho aux rythmes des ces étranges pulsations, lentement, son âme gothique s’éveille. Les sons qu’il arrache à son instrument se répercutent dans les rues grises de cette ville monotone qui a vu naître les âmes damnées des soeurs Brontë. La population a d’ailleurs donné un surnom aux célèbres romancières : les soeurs de la miséricorde, elle ne soupçonne pas que ce nom sera très bientôt exhumé.

L’érudit aux piètres talents musicaux (dixit son entourage) commence alors fiévreusement dans son habitation exigu à faire, avec des musiciens de la place, des reprises de standard rock. Leurs groupes de prédilection sont alors The Stooges, MC5, The Velvet Underground, Suicide, et, le fabuleux guitariste Jimmy Hendrix. Son ami Gary Mark (MARX) insiste pour qu’il vienne jouer de la batterie dans un obscur combo dont il serait le leader. Toujours prêt à s’enflammer, voulant aller encore plus loin, il se remet à triturer sa grosse caisse avec acharnement. IL renonce pour sa nouvelle et exigeante maîtresse au voyage programmé d’un an dans la capitale de la lointaine Chine. La musique sera plus forte que l’Orient, il abandonne aussitôt l’université. Durant prés de six mois, lentement la métamorphose s’accomplit, le maladif Andy devient le charismatique Andrew Eldritch, The Sisters Of Mercy était né.

Dont acte, terminé les études de sinologie ainsi que celles de littérature, Elridtch entame l’écriture de sa propre prose aux accents évidement romantique, teintée d’une force épique époustouflante, d’un mysticisme sombre. Il se dégage des premiers textes une utilisation puissante, magistrale de l’art de la métaphore.

Il y plane souvent un certain cynisme.
Dans la foulée il crée son label « Merciful Release » symbole de sa nouvelle ambition affirmée. Fin 1980, le bassiste Graig Adams rejoint le duo, le groupe répète inlassablement toujours dans le fameux appartement d’Andrew. Fait peu connu, un premier chanteur se risque, il ne tiendra pas longtemps le micro dans l’univers cathartique imposée par le maître des lieux. Un seul désormais sera le front man : Eldritch en personne.
Assurant désormais (et à jamais) le chant il doit renoncer, il doit déléguer. Il confie alors le véritable déluge sonore, de rythmes fracassants à une boite à rythme ! La bien nommée : « docteur Avalanche ». Sous l’autorité écrasante d’Andrew, ce nébuleux trio crée des titres, un premier 45 tours « Damage Done » enregistré au Portland Recording Studio, pressé à 1000 exemplaires, arborant la référence 1 du catalogue, sort dans une froide indifférence. Pas pour tout le monde, le célèbre programmateur John PEEL écoute attentivement cette première ébauche que le groupe reniera par la suite. Pourtant l’ensemble des éléments conceptuels qui font l’essence des SOM sont bien présents: voix monocorde, au lyrisme rock, gothique, textes métaphoriques d’une ironie incisive, basse assommante, redondante, guitare volant en éclat pendant que Docteur Avalanche assène, infatigable, ses rythmes hypnotiques.
A l’aube de l’année 1981, quatre titres étrillés, révisés sous le haut patronage d’Eldritch, esquissent la direction artistique de SOM. Il est donc temps de faire connaître le groupe. Cela sera chose faite, lors de leur première apparition publique le 16 février 1981 à l’université de York, en première partie des « Thomson Twins ». Le set démarre, Andrew apparaît, étiolé, malingre, il s’enroule tel un serpent, constamment autour de son micro, à ses cotés Graig, concentré, arrache les quatre cordes de sa basse, Gary, lui, est scotché au fond tandis que Docteur Avalanche lui lamine le crâne. L’ensemble est travaillé, découpé dans le métal en fusion, trempé dans l’acide. Leur son est tranchant, effilé comme une lame de rasoir, il vous transperce les tympans. Le public, qui n’a jamais entendu quelque chose de comparable est sidéré, le mot reste faible pour décrire la stupéfaction de l’assistance. Le concert, et ce sera une tradition par la suite, circulera en enregistrement pirate. Le monde pourra ainsi découvrir nos extraterrestres musicaux semblant débarquer tout droit, ou presque, d’une autre planète, une planète noire !

_________________
We forgive as we forget... As the day is long... As the day is long... Rain from Heaven...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erwannbleu.canalblog.com
Erwann Bleu
Administrateur
avatar

Féminin Nombre de messages : 310
Age : 47
Localisation : Besançon
Date d'inscription : 11/03/2006

MessageSujet: Re: Quelques histoires sur le groupe   Lun 3 Avr - 15:02


_________________
We forgive as we forget... As the day is long... As the day is long... Rain from Heaven...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erwannbleu.canalblog.com
Druide
Modérateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 770
Age : 48
Localisation : Sud
Date d'inscription : 19/03/2006

MessageSujet: Re: Quelques histoires sur le groupe   Lun 3 Avr - 20:06

merci, excellent article...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erwann Bleu
Administrateur
avatar

Féminin Nombre de messages : 310
Age : 47
Localisation : Besançon
Date d'inscription : 11/03/2006

MessageSujet: Re: Quelques histoires sur le groupe   Jeu 6 Avr - 0:33

Et l'histoire par Andrew (traduction du petit texte à la fin du livret de SGWBM Smile ) :

Andrew Eldritch a écrit:
J'étais parti à Leeds pour apprendre le chinois, et je vivais au-dessus de la pharmacie (comme les Mekons l'ont dit) avec Claire et Spiggy The Cat. Un jour j'ai osé installer le kit de batterie que quelqu'un avait rangé dans la cave. Je ne peux toujours pas jouer de la batterie, mais au moins j'étais le seul batteur en ville sur lequel on pouvait compter pour éviter quelque chose de compliqué.

Gary Marx et moi nous étions connus au club F. Il était un grand fan de The Fall. J'étais un grand fan de Père Ubu, et nous aimions tous les deux les Stooges. Tout le monde aimait les Stooges. Gary n'avait pas d'argent ni d'équipement, mais il voulait s'entendre passer à la radio. Alors nous avons enregistré un disque sans argent et sans équipement, et nous l'avons écouté à la radio. Diffusé à mille copies (merci à Red Rhino de York, qui nous a fait crédit pour l'équipement), vendues quelques unes. En même temps, il était difficile de s'en procurer et encore plus difficile de les écouter. Cela aurait pu être la fin, mais...

Nous nous étions accrochés avec Craig Adams, probablement parce qu'il habitait aussi au-dessus de la pharmacie. Il était un grand fan de Hawkwing et Motorhead, et il avait ce son de basse qui, subitement, définit les Sisters - en même temps que la boîte à rythme, laquelle avait été achetée parce que nous aimions tous Suicide. Tout le monde aimait Suicide. La boîte à rythme devint Doktor Avalanche, Gary devint un guitariste, et je devins le chanteur, presque par défaut.

Je pense que nous avons passé les quelques années suivantes à l'arrière d'un van. Quand il n'était pas garé près de la pharmacie nous faisions le plus de bruit possible dans les plus répugnants clubs de l'Angleterre. Nous n'avions toujours pas d'argent et pas d'équipement : presque tout est allé vers la préparation du prochain concert de rock plus fort que le dernier. A ce point, des remerciements sont dûs à Pete Turner, qui réalise toujours les mixages durant les concerts. Il a réussi à transformer un hurlement rythmique en une sorte de machine scintillante, palpitante. Certaines nuits vous pourriez même entendre ces chansons.

J'aime à penser que c'étaient des chansons qui donnèrent forme au groupe. Je sais que ce n'était pas cela. Nous avons employé beaucoup de fumée, très peu de lumières, nous sommes écartés de la norme et avons simplement créé un espace où vous pouviez vous perdre (mais plus probablement vous trouver) dans une vague de couleur et de bruit. Cela sonnait simplement, mais aucun de ceux qui avaient voulu devenir des stars du rock'n'roll n'avait réalisé cela. Indépendamment de tout autre chose, cela a pris un bon moment et a plus brûlé que les quelques personnes à l'extérieur.

Les enregistrements n'étaient jamais supposés refléter cette expérience - c'est un médium différent, et que nous sommes encore en train d'apprendre. Peut-être que quelques uns y parviennent. De toute manière, durant ces quatres premières années, quand nous avions de l'argent (et souvent, nous n'en avions pas), nous voulions passer chez Kenny Giles dans Bridlington. Il avait un huit-pistes et il était la seule personne qui voulait bien nous aider à enregistrer selon ce que nous avions envie de faire. Merci Ken. Ils peuvent ne pas sonner comme tout le monde, ils peuvent même ne pas ressembler à des enregistrements, mais nous les aimons. Parce que cela en vaut la peine.

_________________
We forgive as we forget... As the day is long... As the day is long... Rain from Heaven...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erwannbleu.canalblog.com
adrenochrome

avatar

Nombre de messages : 4
Date d'inscription : 03/05/2006

MessageSujet: Re: Quelques histoires sur le groupe   Mer 3 Mai - 3:40

le premier article est tout sauf intéressant : il tente de réécrire l'histoire... dire d'Eldritch que dès les premières heures il était "gothique", pff... le terme n'a jamais été utilisé pour parler des Sisters avant 1983. Et puis, ce papier contient beaucoup d'erreurs : Merciful Release fut créé avant les SOM, Doktor n'était certainement pas de la partie pour l'enregistrement de "Damage Done" puisque c'est Eldritch lui-même qui joue (et la référence n'est pas MR01, mais MR07). Quant à la description de la musique et de la voix... on comprend tout de suite que l'auteur du texte n'a jamais écouté ce 45 tours...John Langford fut le premier bassiste et jouait encore avec les Sisters en février 1982 (cf article du Melody Maker, 27 février 1982), mais peut-être cohabitait-il avec Craig Adams depuis fin 1980 (un autre scoop ? Razz )
God save the Queen !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Druide
Modérateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 770
Age : 48
Localisation : Sud
Date d'inscription : 19/03/2006

MessageSujet: Re: Quelques histoires sur le groupe   Jeu 4 Mai - 14:24

Merci pour ces précisions...

Nice avatar Smile

D.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quelques histoires sur le groupe   

Revenir en haut Aller en bas
 
Quelques histoires sur le groupe
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» quelques histoires drôles ou pas....
» Nouveau groupe pour Ben harper
» Cherisse dans un groupe: The Faders
» Gildas le Pape, guitariste du groupe Satyricon
» BF GROUPE AMITIE CASSENEUIL

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum The Sisters Of Mercy :: Sisters Of Mercy :: Actualités et histoire-
Sauter vers: